En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Les actions des jeunes

Les actions des jeunes

Par mission ecores, publié le mardi 18 mars 2014 10:57 - Mis à jour le jeudi 25 juin 2015 08:47

 

Les éco-délégués ont témoigné
lors de la journée du 27 février sur la RSE

Organisée par la Région des Pays de La Loire et le Comité français pour le développement durable (Comité 21), cette journée a été construite en partenariat avec Audencia Ecole de management Nantes et de nombreux réseaux régionaux, la CGPME, les Dirigeants responsables de l’Ouest (DRO), le Mouvement français pour la qualité (MFQM), la Chambrede commerce et d’industrie de région (CCIR), la Chambre régionale d’économie sociale et solidaire (CRESS) et FONDES Pays de la Loire.

Elle s’inscrit dans la continuité des travaux engagés sur le référentiel partagé pour la responsabilité sociétale des entreprises qui a mobilisé plus de 200 acteurs économiques en Pays de la Loire. Cette journée dédiée au développement durable et à la responsabilité sociétale avait pour ambition de se doter d’une vision à la fois prospective et partagée du territoire, d’élaborer des solutions communes, de partager des outils et d’essaimer les bonnes pratiques.

Programme de la journée : ici

Moment fort de cette journée, l'intervention de 5 jeunes des Pays de la Loire :

  • Roxane Pledel, ancienne éco-référente Lycée Jules Rieffel
  • Emmanuel Malecot, éco-référent  CFA Montreuil Bellay
  • Léonard Baudry, membre du Conseil Régional des Jeunes (CRJ)
  • Josselin Cornet, ancien éco-référent Lycée Jules Rieffel et membre du Comité d’expert du Comité 21
  • Rouan Drouet, éco-référent – CFA Jules Rieffel

Roxanne "Les jeunes sont présents, ils sont acteurs, ils veulent être intégrés au monde de demain"

 

Rouan : "... on nous fait de plus en plus confiance, on nous écoute plus..."
 


Josselin : "... plus confiance en nous, plus de crédibilité..."


 

Emmanuel :  "Les jeunes feront la société de demain"


 

Léonard : "Nous ne voulons pas seulement être un prétexte pour la bonne tenue d'un événement".
"Nous sommes là pour faire des propositions et pour prendre en main le monde dans lequel nous allons vivre".
"L'attentisme est un luxe que nous n'avons pas
".

 

L'engagement des éco-délégués
Un tremplin pour l'avenir

Ils ont été éco-délégués - ou le sont encore -, et ils ont accepté de témoigner.

Venus de milieux différents, ils ont étudié dans des filières allant de la restauration à l’aménagement et la valorisation des espaces verts. Ils se sont tous investi dans leur établissement en tant qu'éco-délégué, mais pas forcément pour les mêmes raisons.

Dans ces différentes pages, vous pourrez lire le témoignage de deux élèves qui, en situation de décrochage scolaire, se sont impliqués dans des actions éco-responsables, et, grâce à cela, ont pu retrouver un intérêt à leurs études, avec à la clé l'obtention de leur bac, haut la main. Une autre élève s'est engagée depuis l’école primaire : elle avait envoyé un courrier au maire pour revendiquer un bien vivre ensemble, et continue encore dans cette voie. D’autres expériences ont permis d’éveiller des vocations, de conforter leur orientation scolaire, d’apporter un petit plus dans leur expérience de vie, …

La parole est à ces 6 jeunes :

Charles

Gabrielle

Lucie

Maëlys

Mélody

Romane

 

Quelques exemples d'accompagnement d'éco-délégués

Lycée Bel Air (85)

 
Dans le cadre du projet des établissements éco-responsables, le lycée Bel Air propose une formation à ses éco-délégués de deux ½ journées en début d’année scolaire pour s’approprier la notion de développement durable. Pour cette 2ème année, la formule a un peu évolué, et la journée initialement prévue s’est transformée en deux ½ journées.
 
Pour la première ½ journée, les éco-délégués ont visité le camping « Le Mignon » à Grève sur le Mignon (17), camping qui a la particularité d’être un village de yourtes et l’association « La Frênaie » à Arçais (79), qui fabrique ces yourtes. Un questionnaire a suivi cette visite pour bien repérer les éléments de développement durable de cette structure, en recherchant les éléments qui font sens, en reconstituant les 3 piliers du développement durable, et montrer aux jeunes les valeurs et le sens.
 
La semaine suivante, une ½ journée a été consacrée à faire des recherches et à étudier des entreprises annonçant leurs valeurs DD, de type Montsanto, Areva, … Le même questionnement a été fait, même grille de remplissage que pour l’association « La Frênaie »
Une comparaison entre les 2 structures a été faite, avec les conclusions adéquates.
 
Le recrutement des jeunes
Une réunion de présentation pour éco-délégués a eu lieu en plénière en début d’année (hors temps scolaire), ils ont été 14 à être volontaires (5 lycéens et 9 étudiants de BTS). Sur les 40 éco-délégués de l’année précédente, seul un élève a reconduit son engagement (pour la rentrée 2011, les animateurs DD étaient passés dans les 13 classes pour rechercher des volontaires).
 
La méthodologie
Ces 14 jeunes sont encadrés par les 2 animateurs DD, pour l’organisation, la planification, la réalisation, la réalisation et la communication. Il est possible d’intégrer un groupe en cours d’année ou de proposer un nouveau projet.
Le plus difficile à gérer pour les animateurs est la différence de niveau entre les jeunes qui sont issus de classes différentes, avec une grande disparité dans les âges (des secondes aux BTS) pour que chacun puisse trouver au mieux sa place dans le groupe.
 
Les projets
Les élèves sont force de propositions, mais en final, c’est la direction qui choisit les projets. Un budget tentatif est prévu en début d’année, et ajusté selon les projets.
Un comité DD au sein du lycée est en réflexion, comité qui représenterait les différentes parties du lycée. Ce serait ce comité qui sélectionnerait les actions.
La création d’un groupe soudé est essentiel, la convivialité est présente aux rendez-vous.
 
En projet : une rencontre par mois est prévue pendant le temps de déjeuner (qui serait offert à cette occasion).
 
Les deux ½ journées ont été faites le jeudi après-midi : Une expérience de capitalisation de temps est faite à Bel Air : les cours durent 50 mn au lieu de 55 mn, les 5 mn sont capitalisées et permettent aux enseignants d’avoir le jeudi après midi pour proposer des ateliers (méthodologie rapport de stage, montage vidéo, création artistique, révisions, organisation du triathlon, …).
 
 
Funay Boucher (72)
 
Chaque rentrée, la personne en charge du développement durable dans l’établissement passe dans les classes pour faire une première approche du développement durable. Un document ressource est à la disposition pour les enseignants qui veulent présenter le développement durable dans leur classe pendant l’enseignement de leur matière.
 
Cette sensibilisation porte sur la définition d’un lycée éco-responsable, les éco-référents et les actions qu’ils peuvent entreprendre. Une proposition de rejoindre le nouveau collectif des éco-référents est faite juste après cette sensibilisation. À la mi-décembre, le groupe est constitué avec les nouveaux arrivants autour d’un noyau d’élèves volontaires dès la rentrée de septembre.
 
Le premier regroupement pour une sensibilisation / formation se fait sur 2 heures sur un temps scolaire. Puis les réunions se déroulent tous les 15 jours entre midi et 14 h, sur leur temps libre, pendant ¾ h ou 1 heure, avec un ordre du jour co-construit entre l’animatrice et présenté par un éco-référent, en prenant soin de ne pas trop solliciter les éco-référents dans le temps, pour ne pas induire une charge de travail supplémentaire.
 
Pendant ces 2 premières heures de sensibilisation, une perception du développement durable est faite, en partant de tous les piliers, en parlant de l’empreinte écologique, cette première partie étant faite pour leur faire comprendre le concept.
 
Durant l’année scolaire, une formation « phare » sert de base pour les journées portes ouvertes où les éco-délégués présentent aux visiteurs (parents, élèves, …) le concept des éco-référents. Un exemple du contenu de cette formation « phare » pour 2012 : la qualité de l’air dans l’établissement.
 
Pour 2013, la thématique est centrée sur la pollinisation et plus particulièrement les abeilles. Après visualisation d’un film, une animation est proposée avec un apiculteur professionnel, suivie d’un débat. Ce sera la base de leur prestation pour la journée « portes ouvertes » qui a lieu dans la salle polyvalente. Pour 2012, 164 personnes ont été accueillies, les éco-référents les ont renseignées à tout de rôle entre 10 h et 15 h en salle polyvalente, passage quasi obligé pour visiter le lycée.
   
 
CFA CCI Nantes – St Nazaire – ACCIPIO (44)
 
Le CFA ACCIPIO propose dès la rentrée de septembre, à tous les apprentis de première année, une journée d'intégration tournée vers l’éco-citoyenneté. Au programme de la matinée, une sensibilisation à l’éco-citoyenneté avec les 3 volets du développement durable : l'environnement, l'économie et le social. A la fin de cette matinée, chaque classe détermine un projet éco-citoyen à réaliser au cours du 1er trimestre ; l’après-midi, quelques intervenants de Scenergie accompagnent les jeunes pour communiquer, sous forme de sketches, sur le projet à mettre en œuvre.
 
Au cours du premier trimestre, les projets des différentes classes sont planifiés, pilotés, réalisés suivant la personnalité de chacun, la cohésion des groupes, les meneurs …
 
Quelques exemples de projets : visites d’écoles pour sensibiliser les enfants au développement durable, collectes de jouets pour les enfants hospitalisés ou pour des associations, vente de gâteaux au profit d’associations, collecte de fonds pour le téléthon, réhabilitation d’un espace de jeux, fabrication et vente d’un calendrier éco-responsable, animation d’une maison de retraite...

Les classes de BTS, (environ 250 apprentis), présentent, à la fin du trimestre, leurs projets d’éco-citoyenneté dans l'amphithéâtre du CFA devant tous les apprentis de première année et l’équipe ACCIPIO au grand complet.
 
Les apprentis démontrent généralement que de tels projets sont fédérateurs, permettent des cohésions de groupe, du lien social et une responsabilisation de chacun. Les apprentis ont démontré, par leur dynamisme et leur investissement, un véritable engagement éco-citoyen.
Quid de la pérennisation de ces projets, mais aussi de leur engagement citoyen au cours de la 2ème année ?

 

 

Des exemples d'actions des éco-référents

lycée Jules Rieffel : (téléchargez le fichier)

Les apprenants Eco-responsables du Lycée, du CFA et du CFPPA Jules Rieffel ont un large éventail d'actions touchant des milieux divers et variés, alliant projets intergénérationnels, commerce équitable, gestion des déchets, réhabilitation de la faune,... Un grand investissement personnel de chacun permet de pérenniser et de développer ces actions sur un plan local mais aussi national.

Le rassemblement du réseau agricole - Nov 2012

 

Lycée Vial : Ils sont prêts pour la rentrée 2013 - 2014

Quentin, Gabrielle, Emile, Emma, Laure-Anne, Victor

L’axe 2 du CESC (comité d’éducation à la santé et à la citoyenneté) du lycée Vial prévoit la constitution d’un groupe d’éco-délégués.4 élèves de seconde et 1 élève de 1ère, motivés pour accompagner leurs pairs dans une démarche de développement plus durable, ont répondu à un appel de l’équipe pédagogique. Cette démarche sera concrétisée par une information dans les classes, dès la première semaine de la rentrée 2013, pour sensibiliser et "recruter" d’autres jeunes. Ce groupe d'élèves éco-responsables organisera des actions de septembre à la Toussaint, avec la présentation d’une action mi-octobre. Un premier groupe sera centré sur la restauration durable, un autre groupe travaillera sur les questions de la propreté du lycée en lien avec un agent. Boîtes à idées, concours photos, sorties et interventions d’associations ponctueront l’année scolaire. Les 5 éco-délégués présenteront une campagne d’affichage de septembre à octobre pour présenter leur projet.

Voir le site du lycée

 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe